A travers ses différentes actions, Solid'Art expérimente une nouvelle forme de développement local qui place l'art, la culture et la solidarité au cœur des projets collectifs et qui propose aux personnes les plus en difficulté d’en être les acteurs privilégiés.

Articles tagués “safran

Visite de la FACIM

La Fondation pour l’Action Culturelle Internationale en Montagne (F.A.C.I.M.), dirigée par Marine LELOUP, a fait une visite guidée sur les terres de Solid’Art (l’Aura, vignoble, safranière) afin de réfléchir à la possibilité d’intégrer un circuit « Solid’Art » dans son offre culturelle 2012.

Ludivine Moulard et Pierre-Yves Odin de la fondation FACIM dans les vignes de Solid'Art à Hermillon

Publicités

Qualité supérieure pour le safran de Maurienne

Afin d’analyser et de mesurer les trois critères (couleur, goût, parfum) qui font la qualité d’un safran, on a recours à une analyse en laboratoire dite « photométrique ».
Cette technique permet de dévoiler la véritable identité du Safran, de révéler sa qualité et le cas échéant sa falsification.
Ces critères sont établis par l’Organisation internationale de normalisation (ISO) et les standards du Safran sont regroupés sous la norme ISO 3632.
Cette dernière repose sur l’analyse de la concentration de trois principes actifs du safran (le safranal, la crocine  et la picrocrocine).

En fonction des résultats obtenus, la norme ISO 3632 classe le safran en quatre catégories:
* Classe I : qualité supérieure
* Classe II : Qualité bonne à moyenne
* Classe III et IV: Qualité faible à très faible

La récolte 2010 du Safran de Maurienne a subi ces tests qui ont été réalisés par le laboratoire agréé SAI Chimie de Gardanne.

Ceux-ci révèlent que notre safran intègre dès sa première année de production le cercle très fermé des safrans de qualité supérieure en classe I avec notamment une concentration exceptionnelle en crocine (cliquer sur l’image de droite pour voir le rapport d’analyse)

Cela signifie qu’un safran classique acheté dans le commerce (vraisemblablement de qualité moindre) nécessitera des doses plus importantes pour obtenir le même résultat.

Cela confirme aussi le fait que la Maurienne offre un vrai terroir pour un safran de grande qualité.


Chevaliers de Princens

La confrérie des « Chevaliers de Princens », dont les membres s’autoproclament « ambassadeurs du vignoble de Maurienne » a pour objectif de valoriser les cépages autochtones mauriennais et en particulier le Persan. Le 15 décembre dernier, elle a adoubé deux nouveaux membres: Jean-Claude Marcelli, président de la commission vigne de Solid’Art et Roger Truchet, entrepreneur bien connu de la vallée qui soutient largement notre association dans ses différentes réalisations depuis l’origine. Ainsi, en 2010, il a mis à disposition 6 engins avec le personnel qualifié pendant une semaine afin de nous aider à défricher une parcelle extrêmement pierreuse ou seront plantés de la vigne et du safran. (Nous avons fait une entorse à notre approche entièrement manuelle  avec une empreinte écologique la plus faible mais nous allons nous rattraper en 2011, c’est promis!)

La confrérie compte donc désormais 9 membres (Philippe Grisard, Jean-Pierre Grisard, Yves Durbet, Pascal Thormeyer, Marc Tournabien, Christelle Ravat, Dominique Gros, Jean-Claude Marcelli, Roger Truchet). Avec de tels ambassadeurs, le vignoble de Maurienne devrait rapidement acquérir une notoriété internationale !

 


Plantation de 20 000 bulbes

En 2009, la plantation de 20 000 bulbes nous avait occupé plus de 15 jours. Le travail avait été fait entièrement à la pioche. Cette année, nous avons bénéficié de l’aide de Pastille, belle jument ardennaise de 7 ans. Du coup, cela nous a pris deux matinées.

Ce diaporama nécessite JavaScript.